« Je sais que je ne sais rien »

Charly Découvrez le groupe

Rédigé par : leader percussif du Groupe
le 02/6/15
Categorie : Mais sinon... tu fais quoi dans la vie ?,Préparation de disque

zoompixlrCela fait quelques semaines que j’ai repris sérieusement l’écriture des nouvelles chansons.

Vous avez déjà pu découvrir – via la newsletter – le titre et une phrase extraite du premier morceau sélectionné pour le prochain disque.

(Si vous n’êtes pas encore inscrit à la newsletter, je vous conseille vivement d’y remédier ici. On pourra échanger tranquillement à l’abri des regards indiscrets 😉 Et puis, il paraît qu’une deuxième exclue sera divulguée d’ici quelques jours…)

 

« Je sais que je ne sais rien » 

disait Socrate…

Pas con le type. Je me suis fait la même réflexion quand je composais vendredi dernier. Bon en vrai, je me suis dit la phrase suivante mots pour mots: « Plus je sais, moins je sais ». L’ami Soso dit qu’il sait rien, et moi je prétends que je sais un peu. Ca la fout mal. Pas très humble tout ça… 

jesaisrien

J’ai l’impression de redécouvrir Gertrude, de remettre en question plein de processus de composition que j’avais jusque là. C’est revigorant ! 

Il y a encore quelques temps, j’étais persuadé qu’une bonne chanson devait se retenir quoi qu’il arrive, que si j’oubliais un riff quelques jours après l’avoir composé c’est que la mélodie ne méritait pas d’être gardée.

Aujourd’hui, je ne fonctionne plus du tout ainsi. Ma mémoire peut me jouer des tours. Mes habitudes peuvent pervertir une bonne idée avec mes réflexes d’écriture, pousser un riff dans le mauvais sens, dans une zone de confort. Les changements d’humeur peuvent aussi stoper une bonne lancée ou pire me faire jeter à la poubelle un début de bonne chanson.

C’est la raison pour laquelle j’utilise un enregistreur dès que Gertrude et moi avons une piste musicale. Enregistrer les premiers jets permet de garder une trace mais aussi de les ré-écouter avec un certain recul. Côté texte, j’ai un calepin virtuel sur le Cloud disponible sur mon ordinateur mais aussi via mon smartphone. Beaucoup de phrases du prochain disque ont d’ores et déjà été travaillés sur mon smartphone dans le métro ou dans la rue.

Créer partout, tout le temps, où qu’on soit… 

Le temps passe vite. Et dire qu’il y a 15 ans, j’écrivais mes idées sur des bouts de papiers froissés dans mes poches…

CHARLY



  1. Ah oui, en effet. C’est fâcheux !
    Bon, par contre, j’en ai pas 250 des riffs :p

  2. Bien l’idée de l’enregistreur… Pour éviter l’oubli et les humeurs…;) Merci !
    Super ton site et ton univers !
    Et merci pour l’article sur le caddie… hihi