Inside Llewyn Davis au Louxor

Charly Découvrez le groupe

Rédigé par : leader percussif du Groupe
le 25/11/13
Categorie : Mais sinon... tu fais quoi dans la vie ?

barLouxorIl y a deux semaines, je suis enfin allé au cinéma Le Louxor. Classé monument historique, ce cinéma parisien a été crée en 1921 puis transformé en boîte de nuit en 1983 (coucou Philippe Katerine ! Et je coupe le sooooonnn !). Fermé depuis 1988, ce n’est qu’en avril dernier que Le louxor a réouvert, entièrement rénové ! (Et je remets le soooonn !)

Je guettais les films à l’affiche histoire d’avoir une motivation supplémentaire pour faire ce long trajet de… 1 station de métro de chez moi. C’est Inside Llewyn Davis des frères Cohen (Grand prix du jury au Festival de Cannes 2013) qui sera l’élu !

Mon ticket en poche, je file direct à l’étage pour découvrir le Salon: salon

puis le bar !  Café, Thé et vins bio y sont proposés avec en bonus une superbe terrasse…

terasse

avec vue sur deux monuments parisiens: le Sacré Coeur
et TATI, LES PLUS BAS PRIX. :p

sacréTati

Après avoir dégusté mon verre de vin bio à 3 € (sale bobo !),  je redescends pour m’installer au balcon pour plonger dans l’univers du film

afficheLLewynLe pitch: « Dans les années 60, Llewyn Davis tente de se faire une place sur la scène folk… »

Bon, je vous cache pas que je me sentais un peu beaucoup concerné par le sujet. La scène du repas où on lui demande de jouer une chanson, les cartons remplis de disques invendus, la notion de Folk ET de Folk, l’éternelle question du « je continue, je décroche, que sera demain ? » que tu étouffes dans ton étui de guitare, l’intégrité qui se cogne à l’attente de l’autre et du succès, les rendez-vous manqués…

C’est un film en suspens, flottant, limite dérangeant. Un film sans fin ni début, intemporel où tout se mélange.

J’avoue que j’étais un peu frustré en sortant de la séance. Frustré de la tournure du film mais peut-être aussi dérangé de me sentir aussi proche du héros. Et puis Grand prix du Jury ? Les images sont sublimes mais je m’attendais à prendre une grande claque et je n’ai senti que sa brise.

Et c’est peut-être ça la force de ce film justement. Ce n’est qu’après quelques heures que j’ai pu l’apprécier à sa juste valeur. Il n’est QUE criant de vérité. Pas d’artifices, de coin arrondis. L’incertitude et le malaise règnent tout au long du film comme ils règnent tout au long de la vie du musicien. Le loser comme héros. Inside Llewyn Davis ou l’itinéraire d’un loser magnifique… A voir absolument.

CHARLY