Un (bon) roman d’actualité: « Le sens de la parole » de Joël Boulvais.

Charly Découvrez le groupe

Rédigé par : leader percussif du Groupe
le 30/10/13
Categorie : Mais sinon... tu fais quoi dans la vie ?

Final Couve 3A l’heure où les médias traitent des sujets d’immigrations et les retournent dans tous les sens, (ex: le naufrage de Lampedusa, Léonarda), je lis et entends des commentaires comme si nous étions spectateurs d’un mauvais film, où il fallait absolument donner son avis à la fin du générique.

Gros malaise de mon côté… Ce sont des cas complexes, qui pour moi vont bien au-delà du manichéisme de « C’est la loi » ou du « Ce n’est pas humain ».

Pourquoi pleurons-nous plus facilement sur des histoires sur grand écran que sur des faits réels ? Une des raisons principales est que la fiction nous force à voir le personnage sous un autre angle, à travers son histoire, sa personnalité, ses rêves, ses souffrances… Nous quittons notre propre personnage de la vie quotidienne pour rentrer dans le sien.

Certains diront qu’on ne mélange pas l’émotion et la politique… D’autres qualifieront ce rapprochement de « politique de l’émotion ».

L’humain doit-il constamment être opposé à la politique ? Je ne crois pas. La politique et la loi SONT nés de l’émotion et de la raison. Et leurs applications sont bien plus complexes qu’un simple ON/OFF d’interrupteur.

Si je vous parle de ça, c’est qu’un livre me revient en tête à chaque fois que j’entends des commentaires tranchés sur le sujet. Cette fiction-réalité est Le sens de la parole, dernier roman de l’auteur Joël Boulvais, également créateur du site d’écriture participative Cadavre O Mon Exquis.

Ce roman raconte le quotidien d’un employé de l’OFPRA (Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides) qui est en charge de mener les entretiens avec les demandeurs d’asile. Selon leurs histoires, vraisemblables ou non, persécutions inventées ou traumatismes « convaincants », cet employé devra décider de l’avenir de ces immigrés… La loi reste la même pour tous ? Oui et non. Tu es étranger et bon orateur ? Peut-être auras-tu plus de chance d’être classé « réfugié politique » que ton voisin… ou non. Le poids des mots,  Le sens de la parole. C’est un sujet fort et un très beau livre que je vous encourage à découvrir ici !

Tout comme Gertrude, Mr Cigar Box et moi dans la musique, à défaut d’éditeur/distributeur, l’auteur du livre a décidé de poursuivre son chemin en s’auto-éditant.  Il utilise la plateforme Amazon. N’hésitez pas à soutenir sa démarche ! Vous pourrez également le retrouver ces prochains mois sur la revue littéraire Le Tigre pour des interventions sur le même sujet.

CHARLY