Home Studio Upgrade [Part 4 BIS] – Customiser un micro, tu peux ?

Charly Découvrez le groupe

Rédigé par : leader percussif du Groupe
le 17/1/11
Categorie : Home Studio upgrade,Mais sinon... tu fais quoi dans la vie ?,Préparation de disque

Home Studio upgrade
[Sommaire: Home Studio upgrade]
[Part 1: Correction acoustique ou comment sauver le monde !]
[Part 2: C’est quoi la mono, c’est quoi la stéréo ?]
[Part 3: Révolution numérique !]
[Part 4: Choisir un micro pour la voix ou comment Charly vous arnaque…]
[Part 5: Le préampli… A quoi ça sert ?]
[Part 4 BIS: Customiser un micro, tu peux ?]
[Part 6: La (re)conversion]

Salut les gens ! Logique oblige, après l’étape 5 de l’Home Studio upgrade, voici donc l’étape… 4 bis…

Et oui, c’est un peu le méli-mélo mais suite au test de notre nouveau préampli ( [Part 5: Le préampli… A quoi ça sert ?] ), j’ai passé pas mal d’heures à faire joujou avec mes micros. Du coup je me suis aperçu qu’il fallait que je revienne sur l’étape 4 pour rajouter des éléments.

Hop ! Abracadabra et tour de passe-passe: petit retour en arrière !

Comme vous l’expliquait Mr Cigar Box dans [Part 4: Choisir un micro pour la voix ou comment Charly vous arnaque…] (d’ailleurs, merci pour le titre mec !), je ne vais pas m’équiper d’un nouveau micro car celui que je possède déjà (pour Gertrude) peut très bien être utilisé pour le chant, même s’il n’est pas conçu pour à la base. Ne pas m’équiper d’un nouveau micro dédié à la voix a certes l’avantage budgétaire (économiser pour acquérir d’autres machines), mais pas que… car niveau sonorité, de nombreux artistes ont enregistrés avec des micros comme le mien, à petit diaphragme (diaphragme, késako ? => cf. l’étape 4 citée ci-dessus). Les mythiques studios de la Motown Records par exemple ! Donc ! Je ne crée pas d’étape 4 bis parce que j’ai changé d’avis. Non, non, non, je garde toujours mon micro à petit diaphragme pour ma voix MAIS en testant le préampli, j’ai ressorti un autre micro (normalement destiné à la scène) et surprise, il sonnait pas mal du tout même en configuration studio !

Pour comprendre vite fait le bazar: il existe deux principales technologies de microphones: les micros à condensateur (celui de Gertrude et dont je vous parle depuis le début) et les dynamiques (celui que je viens de ressortir). En pratique: les micros à condensateur sont utilisés majoritairement en studio car meilleure sensibilité mais plus fragile. Les dynamiques sont utilisés la plupart du temps en live car ils sont plus robustes et saturent moins.

Le micro qui fait l’objet de cette étape 4 bis est le fameux micro dynamique SM58. Un standard. On le retrouve sur toutes les scènes car ce joujou est un tank, limite indestructible… il a un son mat, peu sensible aux plosives et aux sifflantes (« p,t,k,s,f ») et rejette bien les sons ambiants. Par contre, en situation studio, il lui manque justement un peu de clarté et de sensibilité… Il a ceci dit sa propre couleur et n’est pas un choix à exclure. De nombreux albums du commerce ont été réalisés avec un SM58 pour la voix: Medúlla de Bjork par exemple. Rien que ça…

Si ce micro est si robuste, c’est qu’il est entre autres muni d’un filtre anti pop en mousse et en métal. Cette boule est un avantage sur scène car c’est elle qui diminue en partie les plosives et les sifflantes et protège le micro des chutes. En studio ces avantages ne sont pas utiles. Alors, astuce du jour ! Vu que finalement ce modèle fonctionne bien avec notre nouveau préampli, adaptons le micro aux conditions studio… Enlevons la grille !

Le fait de dévisser cette boule de métal et de mousse permettra au micro d’être plus sensible et de laisser passer beaucoup plus de fréquences aigües. Allez hop, voici un test que j’ai réalisé avec un des excellents plug-in du pack Waves Mercury (rappelle-toi, je te parlais de ce pack ici-même dans [Part 3: Révolution numérique !]). J’ai d’abord enregistré ma voix. Ensuite, j’ai placé le SM58 devant une enceinte. Dans un premier temps, j’ai analysé le son avec le micro muni de sa grille, puis sans la grille. Voilà donc les résultats en images ! Ces graphiques correspondent aux réponses en fréquences des deux situations.

La ligne rose = SM58 normal. La ligne orange = SM58 sans grille

Zoom sur les hauts-médiums et aigües

Impressionnant non ?! On remarque que certaines fréquences sont mieux retransmises sans la grille surtout dans les aigus (gribouillis du côté droit). Ce sont ces aigus qui apportent la sensation d’aération à l’écoute; aigus qui sont souvent en déficit dans les micros dynamiques.

Le SM58 est certes plus destiné au live mais peut-être un bon choix en studio s’il est accompagné d’un préampli de qualité. Aujourd’hui, nous n’avons donc plus une mais deux possibilités pour le prochain enregistrement des voix: utiliser un micro à condensateur avec un son clair, précis et détaillé ou un micro dynamique « customisé » pour avoir un son plus condensé et mat. Le fait d’avoir ces deux possibilités est rassurant. Le choix définitif se fera par rapport aux futurs prises guitare de Gertrude, à savoir quel micro permettra d’obtenir une couleur vocale la plus en osmose avec la couleur des enregistrements de Gertrude.

Allez, dans quelques jours: le dernier article sur l’Home Studio Upgrade ! Ce qui signifie le début du nouvel enregistrement… Stay tuned !

CHARLY



  1. Et customiser un vieux sac à main à moindres frais, tu le fais aussi?

  2. Hi hi !
    Il en serait capable ! Il m’a bien fait une ceinture sur mesure ! 🙂