Melle Mouk s’en va en guerre, mironton, mironton, mirontaine…

Melle Mouk Découvrez le groupe

Rédigé par : préposée aux sourires et aux poignées de mains
le 03/5/10
Categorie : Mais sinon... tu fais quoi dans la vie ?,Music & Marketing,Paroles de pros

Melle Mouk passe deux-trois coups de fil

Pour démarcher les pros et les faire se déplacer au concert d’un artiste autoproduit, faut se lever tôt. Je vais donc utiliser ma voix flûtée et ma cordialité hors normes pour les convaincre.

Ma technique ? Mon fichier excel et des petites anecdotes sur chacun que j’avais notées lors de mes précédentes sessions communication.

Par exemple, chez U***** Production, je tombe sur le boss :
« Salut, T***** alors, comment c’était ce petit voyage à Berlin ? »
Surpris que je lui parle de son business trip d’il y a deux mois, il m’écoute au moins dix secondes. Mais finit par me couper :
« Franchement je suis hyper occupé, y’a pas mal d’attente pour les retours mailing.

_ Oui, d’accord, mais on sait jamais, dans un moment de désoeuvrement, tu pourrais avoir envie d’écouter de la folk percussive, je te renvoie le mail. Et puis… Peut-être bien que je passerai te faire un petit coucou au bureau ! »
Il rit. Et c’est connu, homme qui rit, à moitié Charly…

Mais le coup de l’anecdote, ça ne marche que pour ceux qui décrochent (statistiques optimistes: 30%).
Le reste du temps, je cause à des répondeurs et à des secrétaires mythomanes.
« Désolée, B***** est en réunion, je peux prendre un message ? » secrétaire du label T*****
« mmmm… ouiiii… Ok, c’est noté. » (statistiques optimistes d’une réelle note: 3 %)

Melle Mouk prend ses pieds

Faut pas croire, je suis pas là pour rigoler. Munie de l’album « l’écorce » et de mes dossiers de presse, je tape aux portes des labels, tourneurs et managers parisiens où les mornes secrétaires font barrage à mes tentatives de prise de contact.

Chez le label T*****, la secrétaire d’hier me dit dans l’interphone de déposer mon enveloppe au gardien du RDC, mais ledit gardien me file l’adresse de leur bureau :

« Ils sont au troisième, prends l’ascenseur à gauche, c’est qui ton artiste ?
_ Charly et sa drôle de dame.
_ Ok, file, on croise les doigts pour vous ! »

Je débarque en mode infiltrée. Open space, tic tic des souris… Une demoiselle s’approche avec l’air d’avoir trouvé un cheveu dans sa soupe (moi).

«  Mais on vous a dit qu’il y avait de l’attente ?
_ Ben, j’imagine, mais faut bien commencer à attendre… à un moment.
_ Oui, ok, soupire-t-elle mais y’a tout ça comme CD… »

Elle me montre trois énormes sacs à patates remplis de disques, pour le jour où ils auront à nouveau le temps de découvrir des artistes, parce qu’il faut pas abuser là ils ont du boulot, c’est la crise. Je lui transmets le dossier et je les laisse mijoter dans leur ambiance feutrée. Manifestement le fait que la renommée de la boîte attire les indés, ça les gonfle chez T*****…

Melle Mouk se fait des potes

A l’étage du label C****. Les employés me filent le numéro du bureau de B*****, lequel travaille avec deux collaborateurs. Il s’interrompt, et incroyable, il me salue, me sourit et prend le dossier de ses propres mains !

« Je vais regarder ça, miss, merci !
_ Ah, de rien, si vous avez besoin de quoi que ce soit voici notre carte avec tous les contacts utiles.
_ Super. Tchuss. »

Chez A… Prod (tourneur), un gars reconnaît sur ma pochette le logo de Charly et sa drôle de dame:

« Ouah, c’est Charly ! Tu m’as envoyé un mail toi non ?
_ Oui, euh tout à fait, alors, ça t’a plu?
_ C’est bien oui, mais c’est pas tout d’avoir un beau site, t’as de la zique ?
_ Bah tiens regarde, tu en rêvais, je l’ai fait, voilà l’album. »

Le gars rit, note la date du concert sur son calendrier. On est bons.

Sinon, J*****, manager réputé, n’habite plus à l’adresse indiquée. Je lui passe un coup de fil pour savoir où lui laisser mon petit paquet. Le gars décroche et me dit qu’il est super occupé car il vient d’avoir un bébé.
« Ah super, c’est ton premier ? Une fille ou un garçon ? »

On discute dix bonnes minutes, et il finit par me donner l’adresse et le code de chez sa sœur pour lui déposer mon dossier.
« Je passerai la voir mercredi, qu’il m’explique.
_ Génial ! Félicitations encore, et promis j’oublie le code de la porte tout de suite.
_ C’est pas la peine. Au revoir ! »

C’est bien ce qui me semblait : quand on est pro, on est pas obligé d’être malpoli.

Je rentre chez moi ravie : Charly est génial, le site est splendide, Gertrude est unique, Cigar Box est drôle et on va tous devenir très célèbres. « Ou pas », dit Charly quand je lui fais le bilan de la journée.
Vous avez dit rabat-joie ?

MELLE MOUK



  1. On croise les doigts !!!
    Au fait c’est quoi le prénom à Mlle Mouk ??
    Nadina ?

  2. Nadina Mouk ! Mouarff ! C’est bon ça ! Toi, je te kiffe déjà Al ! J’ai enfin trouvé un collègue de blague ! Parce qu’avec Gertrude et Charly, c’est pas folichon…

    Tiens, cadeau, en voilà une autre du même genre. Ca vient du chanteur Enrico Macias qui a dit ça pendant une partie de poker. Il s’adresse à la personne qui l’a sorti de table:
    « Comment on dit le livre de Nadine en anglais ? »
    – Nadine ‘s Book ?
    – Oui, c’est ça, Nadine’s book ! »

    Ah ah ah ! Pas mal hein ?!!

  3. Heu… Mr Cigar Box, si tu peux éviter de polluer ton propre blog… Surtout sur le premier article de Melle Mouk.

    @MelleMouk, merci encore pour ton aide précieuse !

    @Al Merci pour tes encouragements. Bon, j’avoue, ta blague nous a fait rire… mine de rien ! 😉

  4. Et vous la connaissez celle de la famille TitGoutt? Ils ont trois filles…

  5. Waw ! Melle Mouk s’y met aussi ! Ah ah ah ! Vas-y balance la chute poulette !

  6. Anne
    Corrine
    Justine…

  7. D’accord… C’est l’implosion totale. Plus de ligne éditoriale… J’ai honte…

Trackbacks

  1. Tweets that mention Melle Mouk s’en va en guerre, mironton, mironton, mirontaine… | Charly et sa drôle de dame -- Topsy.com