Label se fait la belle ?

Charly Découvrez le groupe

Rédigé par : leader percussif du Groupe
le 26/4/10
Categorie : Mais sinon... tu fais quoi dans la vie ?,Paroles de pros

Le 21/03/10, j’ai repris contact avec J***** du label E*****( cf: l’article nouveau message myspace)

« Hello J*****,

Comment vas-tu ? On devait se boire un café à partir de Février mais j’étais en retard sur plein de choses donc j’ai pas trop donné de news. Maintenant, c’est bon, tout est ok. D’ailleurs, je suis en concert le 6 avril au China. Tu es dispo ? C’est une date qui va me servir à inviter entre autres public, pros (tourneurs & managers), blogueurs… Je vais retenter ce qu’on n’avait pas réussi à faire à L’Entrepôt.
Toujours partant pour me filer un coup de main la dessus ? A l’époque, tu m’avais parlé d’une dizaine de contacts de ton côté qui pourraient être intéressés par le projet et que tu pourrais faire venir. Dis-moi si ça marche toujours pour toi.

Thanks ! »

Charly

« Salut,

Ça va et toi ?
Non le 6 je suis à la Maroquinerie avec C… !
(artiste de son label)
Bcp de news pour moi.
N’hesite pas à venir me voir au studio ou je me suis posé dans le 16eme, je t’expliquerai. On regardera les contacts en même temps.
Dis moi si tu as une dispo à partir de la semaine pro.

Bonne soirée. »

J*****du label E*****

Rendez-vous pris donc pour le lundi 29 mars dans un célèbre studio parisien…

Voici les news:
Aujourd’hui son label se diversifie (formations « business & musique, » partenariat avec le studio,  travaux audiovisuels, conseils, collaboration avec une marque de matos, etc…). Son but est de créer une plateforme reliant différents acteurs du secteur de la musique afin d’élargir sa palette et ses sources de revenus. L’investissement au niveau des développements d’artistes est trop lourd en énergie et en temps par rapport à ses réels retours financiers. Constat dont il me fait part malgré ses dernières signatures chez les fameux tourneurs Furax et chez les célèbres labels Mercury, Discograph et Guess What (Tôt ou tard).

« Au début, j’étais super enthousiaste quand on plaçait un artiste. Aujourd’hui, je suis content mais je passe vite à autre chose. Je suis présent s’ il y a besoin de renégocier un contrat mais  je laisse vivre le truc. Même avec C… qui a bien marché, les retours financiers ne sont pas si élevés que ça. » J***** du label E*****

Au sujet de Gertrude, Mr Cigar Box et moi, il nous encourage à continuer notre travail d’indé, à ne pas trop tarder avant un nouvel enregistrement et à bosser encore plus les médias. Le discours « label-artiste » peut paraître cliché mais je sais pas, je le sens honnête… A la base, c’est lui qui est venu me chercher donc pas vraiment d’esbroufe du genre « j’te reconduis à la porte poliment ». J’aime bien ce type. Le feeling passe depuis le début… J’avoue avoir espéré il y a quelques mois une prise en main du projet avec son label mais ça ne se fera pas… Pas pour l’instant…  J***** ne peut enclencher de signatures avec des partenaires maintenant. Il pense qu’à la différence des ses artistes, notre musique doit s’imposer sur le terrain, que des collaborations seront envisageables et découleront d’elles-même que si la machine commence à faire plus de bruit avant… en indé… « Aucune structure ne pourra faire ce travail à ta place avec au tant de hargne. Tu n’es vraiment pas loin. J’en suis sûr ». Le rendez-vous se termine par un face à face ordi portable dans lequel il m’envoie un fichier excel comportant une liste bien fournie et détaillée de contacts médias…

Sur le chemin du retour, ça cogite pas mal dans ma tête. Mr Cigar Box ressasse tel un vieux disque rayé:
« Super, en gros, faisons le taf d’un label, d’un tourneur,  d’un manager et d’un attaché de presse puis une fois qu’on aura plus vraiment besoin d’eux, on en trouvera… Pfff ! »

Gertrude, elle, plus positive, rétorque calmement. L’expérience de son vécu certainement:
« Oui… On le savait déjà tout ça. D’ailleurs, ça signifie qu’on  est pas dans le faux, qu’on est même sur la bonne route. Chouette cette liste, un nouvel outil ! Il y a des contacts  qu’on avait pas encore. Go ahead. »

L’aventure continue…

CHARLY



  1. Oui, je crois aussi que tout style indépendant et original doit d’abord s’imposer sur le terrain.

  2. On va le faire à l’américaine mec !
    Depuis un garage, dans la sueur, avec les moyens du bords, une créativité de malade… et après ça te fera une super histoire quand tu seras célèbre et adulé 😉

  3. Depuis un garage ? Et comment on fait à Paris ?! Dans les parking Vinci ? Mouarf !!!! 😀

  4. @Mr Cigar Box: C’est nul…

    @Jabric et Gé:
    Oui, en même temps, c’est ça qui rend le truc excitant et te fait apprendre tellement de choses !
    Au début, tu mets les mains dans le cambouis parce que tu n’as pas le choix puis après tu te rends compte que c’est pas si désagréable que ça 😉

  5. ahahah voilà, Charly a trouvé le secret de la réussite.

    Faire la merde avec enthousiasme. Pour s’apercevoir que finalement, même faire la merde, on peut y trouver un intérêt.

    Pas très sexy ni vendeur mais assurément nécessaire.

  6. GO, GO, GO !!!!!!!!